• Vidéo AC
  • Vidéo Alfa Romeo
  • Vidéo Alpine
  • Vidéo Ariel
  • Vidéo Ascari
  • Vidéo Aston Martin
  • Vidéo Audi
  • Vidéo Bentley
  • Vidéo BMW
  • Vidéo Bugatti
  • Vidéo Caterham
  • Vidéo Chevrolet
  • Vidéo Chrysler
  • Vidéo Citroen
  • Vidéo Corvette
  • Vidéo Dodge
  • Vidéo Ferrari
  • Vidéo Fiat
  • Vidéo Ford
  • Vidéo Ford Mustang
  • Vidéo Gumpert
  • Vidéo Honda
  • Vidéo Hummer
  • Vidéo Jaguar
  • Vidéo Jeep
  • Vidéo Koenigsegg
  • Vidéo Lamborghini
  • Vidéo Lancia
  • Vidéo Landrover
  • Vidéo Lexus
  • Vidéo Lotus
  • Vidéo Maserati
  • Vidéo Maybach
  • Vidéo Mazda
  • Vidéo McLaren
  • Vidéo Mercedes
  • Vidéo MG
  • Vidéo Mini
  • Vidéo Mitsubishi
  • Vidéo Nissan
  • Vidéo Opel
  • Vidéo Pagani
  • Vidéo Peugeot
  • Vidéo Porsche
  • Vidéo Renault
  • Vidéo Rolls Royce
  • Vidéo RUF
  • Vidéo Saab
  • Vidéo Saleen
  • Vidéo Seat
  • Vidéo Shelby
  • Vidéo Skoda
  • Vidéo Smart
  • Vidéo Subaru
  • Vidéo Suzuki
  • Vidéo Toyota
  • Vidéo TVR
  • Vidéo Venturi
  • Vidéo Volkswagen
  • Vidéo Volvo
  • Vidéo Wiesmann
Vidéos motos

ASTON MARTIN VANQUISH

Partager sur Facebook

Aston Martin a dévoilé celle qui remplacera la DBS. Même si la Vanquish, c'est son nom, repose sur une plate-forme existante et reprend une motorisation déjà bien connue, le résultat est superbe : en matière automobile, l'évolution vaut souvent mieux que la révolution.





Sous le soleil Aston Martin, les nouveaux modèles sont rares et déclenchent immédiatement la critique. Révélée fin mai avec le concept AM310 présenté au concours d'élégance de la Villa d'Este, la Vanquish, qui a pour tâche de succéder à la DBS, n'échappe pas à la règle et suscite déjà de nombreux commentaires de la part de tous ceux qui rêvent de s'asseoir un jour derrière son volant. Disons-le tout net, la nouvelle venue n'a rien de révolutionnaire. Et c'est tant mieux. Tout d'abord parce que les «Astonistes», réels ou en puissance, sont des conservateurs qui ne s'ignorent pas et qui s'assument. Une Aston, a leur yeux, doit être une créature longue, basse, et dessinée pour fendre le vent. Tout autre concept serait une offense à la mémoire de David Brown, «Mr DB». La reprise du nom Vanquish, modèle lancé en 2001, témoigne de ce souci de pérennité. Laissons donc les tentatives de créations de SUV à Bentley…



Mais la véritable raison de choisir l'évolution et non la révolution, outre des questions d'ordre purement financier (quel est l'effort de recherche et développement d'Aston Martin sans le soutien de Ford, son ancien propriétaire?), c'est tout simplement que les lignes des actuelles Aston Martin sont bien nées. La firme les doit à Henrik Fisker, père aujourd'hui de la voiture du même nom, qui les a crées voici une douzaine d'années. L'esthétique de la nouvelle Vanquish est le fruit du travail de Marek Reichman, designer de quarante-cinq ans formé par Chris Bangle, qui ensuite travaillé avec Henrik Fisker chez BMW, le remplaçant en 2005 chez Aston Martin. Il a également griffé la One-77 et la Rapide, participant aussi au développement de la Rolls-Royce Phantom et la génération actuelle de Range Rover.



La Vanquish possède donc ce si agréable air de «déjà vu» bien dans l'esprit des modèles précédents. Par rapport à la DBS, la «bouche» de la face avant est devenue une véritable «gueule» en s'agrandissant. Elle est mise en valeur par un regard de félin constitué par les deux projecteurs, dont l'extrémité se trouve à l'aplomb de la roue avant. A l'arrière, l'intégration de l'aileron fixe, exercice délicat, est réussi: il semble faire naturellement partie d'une poupe plutôt élégante. Les flancs, plus creusés et plus travaillés, participent énormément à la personnalité de la voiture, mélange de force et d'émotion. Les hanches larges ancrent enfin visuellement la Vanquish sur la route.

On retrouve à l'intérieur l'imposante console centrale avec toutes les commandes qui s'organisent autour d'elle. Les formes ont été arrondies, comme passées au polissoir. Souhaitons que la finition soit un peu plus rigoureuse et les ajustages un peu moins approximatifs que ce que nous avions constaté sur la Rapide. La Vanquish est bâtie sur la plate-forme en alliage léger «V & H» (Vertical & Horizontal), étirée par rapport à la DB 9 et la Virage, avec lesquelles elle la partage. Elle comporte de nombreux éléments en carbone. On retrouve sous son interminable capot le V 12 de 5935 cm3, placé plus bas que dans la DBS pour améliorer le entre de gravité. Sa puissance s'établit à 573 ch (à 6750 tr/mn) pour un un couple de 620 Nm (à 5500 tr/mn). De quoi monter en 4,1 s de 0 à 100 km/h, et assurer une vitesse maximale de 295 km/h. Avec ses 517 ch, la DBS était légèrement plus rapide (302 km/h) mais un peu moins nerveuse (0à 100 en 4,3 s). Le prix annoncé de la Vanquish pour l'Europe est de 189.995 livres (223.897 €).

Qu'en avez vous pensé?

+1 -1

Posté par
taz34400

CatégoriesAston Martin

date Le 05 juillet

71%71%71%71%

vu 2369 fois

envoyer Envoyer à un ami

blog Poster sur votre blog

Inscrivez-vous!
4248360
3978335
3755675

Suite...

Derniers inscrits

balkonwedtzjxpttyronewopgeraldslilekennethadvex

Derniers commentaires

stidringtowillistidringtowillistidringtowillistidringtowilli

Dernières vidéos

taz34400taz34400taz34400taz34400