• Vidéo AC
  • Vidéo Alfa Romeo
  • Vidéo Alpine
  • Vidéo Ariel
  • Vidéo Ascari
  • Vidéo Aston Martin
  • Vidéo Audi
  • Vidéo Bentley
  • Vidéo BMW
  • Vidéo Bugatti
  • Vidéo Caterham
  • Vidéo Chevrolet
  • Vidéo Chrysler
  • Vidéo Citroen
  • Vidéo Corvette
  • Vidéo Dodge
  • Vidéo Ferrari
  • Vidéo Fiat
  • Vidéo Ford
  • Vidéo Ford Mustang
  • Vidéo Gumpert
  • Vidéo Honda
  • Vidéo Hummer
  • Vidéo Jaguar
  • Vidéo Jeep
  • Vidéo Koenigsegg
  • Vidéo Lamborghini
  • Vidéo Lancia
  • Vidéo Landrover
  • Vidéo Lexus
  • Vidéo Lotus
  • Vidéo Maserati
  • Vidéo Maybach
  • Vidéo Mazda
  • Vidéo McLaren
  • Vidéo Mercedes
  • Vidéo MG
  • Vidéo Mini
  • Vidéo Mitsubishi
  • Vidéo Nissan
  • Vidéo Opel
  • Vidéo Pagani
  • Vidéo Peugeot
  • Vidéo Porsche
  • Vidéo Renault
  • Vidéo Rolls Royce
  • Vidéo RUF
  • Vidéo Saab
  • Vidéo Saleen
  • Vidéo Seat
  • Vidéo Shelby
  • Vidéo Skoda
  • Vidéo Smart
  • Vidéo Subaru
  • Vidéo Suzuki
  • Vidéo Toyota
  • Vidéo TVR
  • Vidéo Venturi
  • Vidéo Volkswagen
  • Vidéo Volvo
  • Vidéo Wiesmann
Vidéos motos

CATEGORIE TOUTES CATéGORIES

hit - vote - date

Bentley a publié une vidéo montrant sur piste sa nouvelle Continental GT3 présentée à Goodwood. Elle est dotée d'un V8 4.0 biturbo développant 600 chevaux et pèse moins de 1.300 kg.<br /><br /><br /><br />Le voile recouvrant la Bentley Continental GT3 est tombé ce vendredi au Festival of Speed de Goodwood. Il s'agit de la nouvelle arme pour la compétition de la firme de Crewe qui l'avait introduite sous la forme d'un concept lors du Mondial de Paris.<br /><br /><br /><br />Pour faire honneur à cette version roulante, Bentley a décidé de la montrer en action sur une piste à sa mesure. Ce modèle symbolise le retour à la compétition de Bentley qui avait triomphé aux 24 Heures du Mans il y a tout juste 10 ans.<br /><br /><br /><br />Cette Continental GT3 sera engagée la saison prochaine dans le cadre des FIA Blancpain Series. Elle est équipée d'un V8 4.0 biturbo développant 600 chevaux en version course et accouplé à une boite séquentielle Xtrac à six rapports avec différentiel à glissement limité.<br /><br /><br /><br />Néanmoins, l'élément marquant de cette Continental GT3 est son poids. Elle affiche moins de 1.300 kg sur la balance avec un splitter et un aileron arrière en carbone.<br /><br /><br /><br />

03/11/2013

Bentley Continental GT3 : première vidéo officielle !

vote vote vote

Bentley a publié une vidéo montrant sur piste sa nouvelle Continental GT3 présentée à Goodwood. Elle est dotée d'un V8 4.0 biturbo développant 600 chevaux et pèse moins de 1.300 kg.



Le voile recouvrant la Bentley Continental GT3 est tombé ce vendredi au Festival of Speed de Goodwood. Il s'agit de la nouvelle arme pour la compétition de la firme de Crewe qui l'avait introduite sous la forme d'un concept lors du Mondial de Paris.



Pour faire honneur à cette version roulante, Bentley a décidé de la montrer en action sur une piste à sa mesure. Ce modèle symbolise le retour à la compétition de Bentley qui avait triomphé aux 24 Heures du Mans il y a tout juste 10 ans.



Cette Continental GT3 sera engagée la saison prochaine dans le cadre des FIA Blancpain Series. Elle est équipée d'un V8 4.0 biturbo développant 600 chevaux en version course et accouplé à une boite séquentielle Xtrac à six rapports avec différentiel à glissement limité.



Néanmoins, l'élément marquant de cette Continental GT3 est son poids. Elle affiche moins de 1.300 kg sur la balance avec un splitter et un aileron arrière en carbone.



En 2014, la F1 entre dans une nouvelle ère avec l'arrivée des moteurs hybrides. Fini les V8 atmosphériques, place aux V6 turbo à récupération d'énergie. Un progrès technologique indéniable qui a un inconvénient majeur : le son dégagé par cette nouvelle motorisation.<br /><br />Le spectateur de F1 est gâté...Celui qui à la chance d'assister à un Grand Prix du moins. L'expérience est unique. Il y a de quoi combler tous les sens. On pense d'abord à la vue et l'ouïe, évidemment. L'odorat n'est pas en reste, même si tout le monde n'est pas tenu d'apprécier les effluves des gommes qui se consument sur l'asphalte surchauffé d'un circuit. Pour le toucher, c'est plus délicat. Sebastian Vettel semble pourtant particulièrement apprécier caresser sa Red Bull après un bon résultat.Après tout, pourquoi pas ?<br /><br />Mais le clou du spectacle, c'est ce retentissant défilé de bolides multicolores. La partition jouée par les V8 qui tournent à plein régime n'a rien d'un bruit, c'est une mélodie. Après, certains la trouveront plus ou moins douce. Malheureusement, cela ne va pas durer. La sonorité légendaire des F1 est en danger. L'année prochaine, les V8 atmosphériques seront remplacés par des V6 turbo. Récemment, Mercedes a décidé de lever le voile, ou plutôt le silence sur son futur moteur V6 turbo. Le motoriste allemand a publié une vidéo qui simule un tour du circuit de Monza avec une F1 équipée du bloc 2014. Le résultat est pour le moins...déroutant.<br /><br />Quelle déception ! On se croirait, au sens propre comme au figuré, dans un jeu vidéo. Le son a certes été enregistré sur un moteur qui tourne au banc d'essai. A l'air libre, la sonorité du moteur pourrait donc s'avérer un peu différente. Mais tout de même, quelle régression par rapport au V8 !<br /><br />Bien évidemment, ce changement de motorisation marque un progrès technologique indiscutable. Le V8 atmosphérique est remplacé par un bloc V6 turbo hybride, équipé d'un système de récupération d'énergie. Deux petits moteurs électriques permettront aux pilotes de bénéficier d'un supplément temporaire de puissance à chaque tour. La consommation sera ainsi réduite de 40% par rapport aux V8 actuels.<br /><br /> <br /><br />Malheureusement, les ingénieurs semblent avoir sacrifié le son sur l'autel du progrès technique et de la consommation. Les nostalgiques regretteront amèrement le hurlement rageur des V12. Une motorisation abandonnée depuis près de 20 ans en F1. Quel dommage ! Car le rugissement du V12 Matra de la Ligier de Jacques Laffite sur le circuit de Monza à de quoi faire passer le futur V6 hybride pour un vulgaire moteur de voiture télécommandée.<br /><br />

03/11/2013

Le son des F1 va dans le mur

vote vote vote

En 2014, la F1 entre dans une nouvelle ère avec l'arrivée des moteurs hybrides. Fini les V8 atmosphériques, place aux V6 turbo à récupération d'énergie. Un progrès technologique indéniable qui a un inconvénient majeur : le son dégagé par cette nouvelle motorisation.

Le spectateur de F1 est gâté...Celui qui à la chance d'assister à un Grand Prix du moins. L'expérience est unique. Il y a de quoi combler tous les sens. On pense d'abord à la vue et l'ouïe, évidemment. L'odorat n'est pas en reste, même si tout le monde n'est pas tenu d'apprécier les effluves des gommes qui se consument sur l'asphalte surchauffé d'un circuit. Pour le toucher, c'est plus délicat. Sebastian Vettel semble pourtant particulièrement apprécier caresser sa Red Bull après un bon résultat.Après tout, pourquoi pas ?

Mais le clou du spectacle, c'est ce retentissant défilé de bolides multicolores. La partition jouée par les V8 qui tournent à plein régime n'a rien d'un bruit, c'est une mélodie. Après, certains la trouveront plus ou moins douce. Malheureusement, cela ne va pas durer. La sonorité légendaire des F1 est en danger. L'année prochaine, les V8 atmosphériques seront remplacés par des V6 turbo. Récemment, Mercedes a décidé de lever le voile, ou plutôt le silence sur son futur moteur V6 turbo. Le motoriste allemand a publié une vidéo qui simule un tour du circuit de Monza avec une F1 équipée du bloc 2014. Le résultat est pour le moins...déroutant.

Quelle déception ! On se croirait, au sens propre comme au figuré, dans un jeu vidéo. Le son a certes été enregistré sur un moteur qui tourne au banc d'essai. A l'air libre, la sonorité du moteur pourrait donc s'avérer un peu différente. Mais tout de même, quelle régression par rapport au V8 !

Bien évidemment, ce changement de motorisation marque un progrès technologique indiscutable. Le V8 atmosphérique est remplacé par un bloc V6 turbo hybride, équipé d'un système de récupération d'énergie. Deux petits moteurs électriques permettront aux pilotes de bénéficier d'un supplément temporaire de puissance à chaque tour. La consommation sera ainsi réduite de 40% par rapport aux V8 actuels.



Malheureusement, les ingénieurs semblent avoir sacrifié le son sur l'autel du progrès technique et de la consommation. Les nostalgiques regretteront amèrement le hurlement rageur des V12. Une motorisation abandonnée depuis près de 20 ans en F1. Quel dommage ! Car le rugissement du V12 Matra de la Ligier de Jacques Laffite sur le circuit de Monza à de quoi faire passer le futur V6 hybride pour un vulgaire moteur de voiture télécommandée.

Icona Vulcano n’a rien à envier aux autres supercars de son genre. En effet, le modèle du constructeur italien Icona se veut futuriste et un brin conceptuel, mais gagne en puissance et en design, ce qui lui permet de s’aligner aisément aux autres Ferrari et Lamborghini.<br /><br /> <br /><br />Vulcano s’assure une entrée remarquée dans le secteur des voitures de luxe d’exception avec cette sportive pour 2. D’ailleurs, au vu de ses caractéristiques surprenantes, bon nombre de fans attendent impatiemment que le modèle arrive en Europe.<br /><br />Dessinée par le Français, Samuel Chuffart, qui a déjà collaboré avec les plus grands noms de l’automobile comme Jaguar ou Nissan, l’Icona Vulcano présente un style affirmé et des lignes sobres et chics. Ses courbes sensuelles et les détails chics sur le long capot avant rappellent le penchant du designer pour les belles Anglaises tandis que l’arrière dénote un style plus sportif.<br /><br /> <br /><br />La voiture a été voulue légère par le constructeur italien, c’est notamment pour cela que l’on retrouve des matériaux légers tels que la fibre de carbone et l’aluminium dans la plupart des pièces de la carrosserie. Les portes à faux réduits confirment le côté sportif et le design du supercar dans son ensemble révèle un réel dynamisme associé à une touche de luxe.  Les feux et les LEDS misent sur le design futuriste chic et le Rouge Magma de l’Iconia Vulcano qui recouvre l’ensemble de la carrosserie est tout simplement magnifique.<br /><br /> <br /><br />L’habitacle, quant à lui, revêt le même rouge que la carrosserie et mise sur un design sobre et chic où le métal se mixe avec le cuir et la fibre de carbone. Le tableau LED est époustouflant et les sièges en cuir premium d’une teinte voguant entre le camel et le rouge orangé se marient à merveille au noir mat du tableau et des portières<br /><br />Du côté de la mécanique, c’est Claudio Lombardi, le directeur de course de Lancia et de la société APIA, associé à Actua et Italtecnica, qui se sont penchés sur le développement du moteur V12 de l’Icona Vulcano. Ainsi, le supercar embarque un moteur hybrideV12 qui développe près de 790 ch, le tout associé à une boîte de vitesses qui dévoile une puissance totale d’environ 950 ch. Il convient de rappeler que le supercar revendique une vitesse de pointe de près de 350 km/h, ce qui lui permet de boucler le 0 à 200 km/h en moins de 10 secondes.<br /><br /> <br /><br />Il se pourrait également qu’une autre version du supercar voit le jour. Cette nouvelle version serait dotée d’un moteur V6 de 550 ch, associé à deux moteurs électriques de 160 ch, qui déploierait une puissance optimale comprise entre 850 et 870 ch. A noter que cette version à transmission intégrale permanente devrait porter la douce appellation de Vulcano H-Competizione du fait qu’elle serait dédiée aux compétitions. Dans tous les cas, ces deux versions arrivent déjà à supplanter bon nombre de supercar signés de constructeurs allemands et italiens.<br /><br /> <br /><br />Aperçue pour la première fois lors du Salon de Shanghai, l’Icona Vulcano devrait arriver en Europe à la rentrée. En effet, le supercar sera présent à la huitième édition du Salon privé de Londres, qui se tiendra du 4 au 6 septembre à Syon Park, à Londres. Pour rappel, son constructeur Vulcano est d’origine italienne, mais a choisi de se baser à Shanghai pour se spécialiser dans la création de concept-car et de sportives destinés au marché asiatique.<br /><br /> <br /><br />Cette magnifique sportive est une association réussie de luxe, de performance et de design. Pour faire l’acquisition d’un tel bijou, il faudra compter dans les 2.2 millions d’euros<br /><br />

03/11/2013

Icona Vulcano

vote vote vote

Icona Vulcano n’a rien à envier aux autres supercars de son genre. En effet, le modèle du constructeur italien Icona se veut futuriste et un brin conceptuel, mais gagne en puissance et en design, ce qui lui permet de s’aligner aisément aux autres Ferrari et Lamborghini.



Vulcano s’assure une entrée remarquée dans le secteur des voitures de luxe d’exception avec cette sportive pour 2. D’ailleurs, au vu de ses caractéristiques surprenantes, bon nombre de fans attendent impatiemment que le modèle arrive en Europe.

Dessinée par le Français, Samuel Chuffart, qui a déjà collaboré avec les plus grands noms de l’automobile comme Jaguar ou Nissan, l’Icona Vulcano présente un style affirmé et des lignes sobres et chics. Ses courbes sensuelles et les détails chics sur le long capot avant rappellent le penchant du designer pour les belles Anglaises tandis que l’arrière dénote un style plus sportif.



La voiture a été voulue légère par le constructeur italien, c’est notamment pour cela que l’on retrouve des matériaux légers tels que la fibre de carbone et l’aluminium dans la plupart des pièces de la carrosserie. Les portes à faux réduits confirment le côté sportif et le design du supercar dans son ensemble révèle un réel dynamisme associé à une touche de luxe. Les feux et les LEDS misent sur le design futuriste chic et le Rouge Magma de l’Iconia Vulcano qui recouvre l’ensemble de la carrosserie est tout simplement magnifique.



L’habitacle, quant à lui, revêt le même rouge que la carrosserie et mise sur un design sobre et chic où le métal se mixe avec le cuir et la fibre de carbone. Le tableau LED est époustouflant et les sièges en cuir premium d’une teinte voguant entre le camel et le rouge orangé se marient à merveille au noir mat du tableau et des portières

Du côté de la mécanique, c’est Claudio Lombardi, le directeur de course de Lancia et de la société APIA, associé à Actua et Italtecnica, qui se sont penchés sur le développement du moteur V12 de l’Icona Vulcano. Ainsi, le supercar embarque un moteur hybrideV12 qui développe près de 790 ch, le tout associé à une boîte de vitesses qui dévoile une puissance totale d’environ 950 ch. Il convient de rappeler que le supercar revendique une vitesse de pointe de près de 350 km/h, ce qui lui permet de boucler le 0 à 200 km/h en moins de 10 secondes.



Il se pourrait également qu’une autre version du supercar voit le jour. Cette nouvelle version serait dotée d’un moteur V6 de 550 ch, associé à deux moteurs électriques de 160 ch, qui déploierait une puissance optimale comprise entre 850 et 870 ch. A noter que cette version à transmission intégrale permanente devrait porter la douce appellation de Vulcano H-Competizione du fait qu’elle serait dédiée aux compétitions. Dans tous les cas, ces deux versions arrivent déjà à supplanter bon nombre de supercar signés de constructeurs allemands et italiens.



Aperçue pour la première fois lors du Salon de Shanghai, l’Icona Vulcano devrait arriver en Europe à la rentrée. En effet, le supercar sera présent à la huitième édition du Salon privé de Londres, qui se tiendra du 4 au 6 septembre à Syon Park, à Londres. Pour rappel, son constructeur Vulcano est d’origine italienne, mais a choisi de se baser à Shanghai pour se spécialiser dans la création de concept-car et de sportives destinés au marché asiatique.



Cette magnifique sportive est une association réussie de luxe, de performance et de design. Pour faire l’acquisition d’un tel bijou, il faudra compter dans les 2.2 millions d’euros

Arrivé tardivement sur le segment des compactes haut-de-gamme, Mercedes-Benz décline son offre à vitesse grand V. L’Etoile ne pouvait laisser plus longtemps BMW et Audi batifoler seuls sur le terrain des SUV compacts. Dès cet automne, le GLA viendra rejoindre les X1 et Q3.<br /><br />Le lancement de la Mercedes-Benz Classe A de troisième génération il y a un peu plus d’an an fut une révolution pour la marque. Enfin, l’Etoile concédait à abandonner l’architecture de petit monospace pour son modèle d’entrée de gamme. La nouvelle Classe A pouvait enfin batailler à armes égales avec les Audi A3 et BMW Série 1 sur le segment juteux des compactes haut-de-gamme. En lançant un véritable programme autour de la plateforme de ce modèle, Mercedes-Benz a fait mieux que suivre ses concurrents : il les a devancés avec le monospace Classe B de deuxième génération et avec la CLA, déclinaison tricorps. Deux types d’autos alors absents chez ses deux coreligionnaires. Reste un terrain sur lequel la marque souabe accusait du retard : celui du SUV compact. L’oubli est désormais réparé avec le GLA.<br /><br /> <br /><br />Concurrent direct des BMW X1 et Audi Q3, le Mercedes-Benz GLA reprend techniquement tout de la Classe A. La ressemblance n’est pas que technique, elle est également physique : le GLA arbore la même calandre béante, la même silhouette ramassée et les mêmes flancs sculptés que sa petite sœur. L’air de famille est sauvegardé entre les quatre modèles compacts de la marque, en attendant un cinquième dont on ignore encore la nature.<br /><br />Positionnement oblige, le GLA affiche des dimensions légèrement supérieures à celles de la Classe A. Avec 4,42 mètres, il est ainsi plus long de 13 cm, plus large de 2 cm (1,80 m) et plus haut de seulement 5 cm. Du point de vue des mécaniques, le GLA reprend les motorisations haut de gamme de la compacte : essence de 156 ch (GLA 200) et 211 ch (GLA 250) ainsi que Diesel de 136 ch (GLA 200 CDI) et 170 ch (GLA 220 CDI). Différence notable toutefois : la version 220 CDI abandonne le bloc 1,8 litre dérivé du OM651 et lancé sur la Classe B pour la version originelle de 2,1 litres. Le 1.8 semble sur une voie de garage, remplacé dans ses versions basse par le 1.5 dCi Renault et dans ses versions hautes par le 2.1… Tous les modèles, à l’exception du GLK 200, peuvent disposer d’une transmission intégrale. Il y a également fort à parier qu’AMG développera dans un avenir très proche une version vitaminée de ce SUV.<br /><br /> <br /><br />Comme les Classe a et CLA, le GLA disposera de plusieurs lignes de style. Une version classique sera proposée sur les finitions Style, Urban et Exclusive, alors que la AMG disposera de boucliers plus agressifs. Enfin, un pack Style SUV optionnel permettra de donner une allure de baroudeur au GLA, avec force protections plastiques et sabots façon aluminium. Mercedes-Benz n’a pour l’instant dévoilé ni le détail des équipements, ni les tarifs ni la date de commercialisation exacte.<br /><br />

22/09/2013

Nouvelle Mercedes-Benz GLA

vote vote vote

Arrivé tardivement sur le segment des compactes haut-de-gamme, Mercedes-Benz décline son offre à vitesse grand V. L’Etoile ne pouvait laisser plus longtemps BMW et Audi batifoler seuls sur le terrain des SUV compacts. Dès cet automne, le GLA viendra rejoindre les X1 et Q3.

Le lancement de la Mercedes-Benz Classe A de troisième génération il y a un peu plus d’an an fut une révolution pour la marque. Enfin, l’Etoile concédait à abandonner l’architecture de petit monospace pour son modèle d’entrée de gamme. La nouvelle Classe A pouvait enfin batailler à armes égales avec les Audi A3 et BMW Série 1 sur le segment juteux des compactes haut-de-gamme. En lançant un véritable programme autour de la plateforme de ce modèle, Mercedes-Benz a fait mieux que suivre ses concurrents : il les a devancés avec le monospace Classe B de deuxième génération et avec la CLA, déclinaison tricorps. Deux types d’autos alors absents chez ses deux coreligionnaires. Reste un terrain sur lequel la marque souabe accusait du retard : celui du SUV compact. L’oubli est désormais réparé avec le GLA.



Concurrent direct des BMW X1 et Audi Q3, le Mercedes-Benz GLA reprend techniquement tout de la Classe A. La ressemblance n’est pas que technique, elle est également physique : le GLA arbore la même calandre béante, la même silhouette ramassée et les mêmes flancs sculptés que sa petite sœur. L’air de famille est sauvegardé entre les quatre modèles compacts de la marque, en attendant un cinquième dont on ignore encore la nature.

Positionnement oblige, le GLA affiche des dimensions légèrement supérieures à celles de la Classe A. Avec 4,42 mètres, il est ainsi plus long de 13 cm, plus large de 2 cm (1,80 m) et plus haut de seulement 5 cm. Du point de vue des mécaniques, le GLA reprend les motorisations haut de gamme de la compacte : essence de 156 ch (GLA 200) et 211 ch (GLA 250) ainsi que Diesel de 136 ch (GLA 200 CDI) et 170 ch (GLA 220 CDI). Différence notable toutefois : la version 220 CDI abandonne le bloc 1,8 litre dérivé du OM651 et lancé sur la Classe B pour la version originelle de 2,1 litres. Le 1.8 semble sur une voie de garage, remplacé dans ses versions basse par le 1.5 dCi Renault et dans ses versions hautes par le 2.1… Tous les modèles, à l’exception du GLK 200, peuvent disposer d’une transmission intégrale. Il y a également fort à parier qu’AMG développera dans un avenir très proche une version vitaminée de ce SUV.



Comme les Classe a et CLA, le GLA disposera de plusieurs lignes de style. Une version classique sera proposée sur les finitions Style, Urban et Exclusive, alors que la AMG disposera de boucliers plus agressifs. Enfin, un pack Style SUV optionnel permettra de donner une allure de baroudeur au GLA, avec force protections plastiques et sabots façon aluminium. Mercedes-Benz n’a pour l’instant dévoilé ni le détail des équipements, ni les tarifs ni la date de commercialisation exacte.

Porsche vient de retoucher la finition extérieure de ses grandes Panamera.<br /><br /><br /><br /><br /><br />Il faut y regarder à deux fois, mais après un peu d'observation, on voit que le pare-chocs avant a été revu avec des prises d'air replacées et des feux de positionnement refaits. Les phares ont également été redessinés et les bas de caisse, retravaillés. Et, surtout, à l'arrière, on remarque un nouveau hayon avec une plus grande lunette, des feux plus grands et un pare-chocs redessiné - l'emplacement de la plaque est plus bas. De plus, le constructeur allemand a même créé une version limousine avec empattement allongé de 14 cm, l'Executive.<br /><br />Ce qui a surtout retenu l'attention lors de la présentation médiatique de cette voiture, c'est l'éventuelle disponibilité de la Panamera S en version hybride enfichable. Comme les autres voitures du genre, cette Porsche a donc un moteur à essence combiné à un moteur électrique. Contrairement aux voitures hybrides conventionnelles, qui ne peuvent recharger la batterie que par énergie cinétique, l'utilisateur de cette Panamera peut en recharger la batterie par une prise de courant standard de 110 volts ou un système de 400 volts.<br /><br />Le moteur thermique V6 de 3,0 litres de 328 chevaux (né Audi) combiné à un moteur électrique sans balais de 94 chevaux peut aussi recharger lui-même la batterie, jusqu'à une certaine limite. Cet ensemble produit alors une puissance combinée de 410 chevaux, qui passe par une boîte automatique à sept rapports aux roues arrière.<br /><br /><br /><br /> La Panamera ainsi équipée peut rouler strictement avec le moteur électrique (qui fait aussi appel au fonctionnement de la boîte automatique) de 18 à 36 kilomètres, selon la situation géographique.<br /><br /><br /><br /> En mode électrique seulement, l'auto peut atteindre une vitesse maximale de 135 km/h. Avec les deux moteurs combinés, cette Panamera peut passer de 0 à 100 km/h en quelque 5,5 secondes et rouler jusqu'à 270 km/h, selon son constructeur. Celui-ci annonce également une consommation moyenne possible de 3,1 L/100 km.<br /><br /><br /><br /> Par ailleurs, la Panamera de base utilise un moteur V6 de 3,6 litres de 310 chevaux, alors qu'elle est offerte avec la traction intégrale (Panamera 4). Il existe une version turbodiesel de cette voiture, mais elle ne sera pas offerte chez nous.<br /><br /> <br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />Par contre, en version S, la Panamera profitera d'un V6 biturbo de 3,0 litres qui fait 420 chevaux. Elle sera aussi livrable avec la traction intégrale Panamera 4S et limousine 4S Executive.<br /><br /><br /><br /> La GTS est animée par un V8 de 4,8 litres de 440 chevaux et elle est même offerte en version Turbo avec un V8 biturbo de 520 chevaux. Et croyez-le ou non, la Panamera Turbo est aussi proposée en version Executive!<br /><br /><br /><br /> Sur la route<br /><br /><br /><br /> Une courte balade en Bavière nous a permis de vérifier les performances de la nouvelle Panamera, dont la S E-Hybrid. Dans le cas de celle-ci, si l'on passe en mode Sport, les deux moteurs entrent en action. On y perd en économie de carburant, mais on profite alors des performances de l'auto. Ainsi, le propriétaire d'une Porsche Panamera S E-Hybrid pourra aller au travail en n'utilisant que le moteur électrique et jouir des performances mécaniques de l'auto durant ses journées de congé.<br /><br /><br /><br /> Porsche admet qu'à peine 5 % de ses actuelles Panamera Hybrid ont trouvé preneur. Avec la version E-Hybrid enfichable, le constructeur allemand espère bien que ce chiffre doublera!<br /><br /><br /><br /> Les prix de la Panamera débuteront à 89 500 $ au Canada, et ils s'échelonneront jusqu'à la Turbo de 161 500 $ et la limousine Turbo Executive de 184 100 $, lorsqu'elle nous arrivera, l'automne prochain!<br /><br />

22/09/2013

Nouvelle Porsche Panamera: retouches et nouvelles motorisations

vote vote vote

Porsche vient de retoucher la finition extérieure de ses grandes Panamera.





Il faut y regarder à deux fois, mais après un peu d'observation, on voit que le pare-chocs avant a été revu avec des prises d'air replacées et des feux de positionnement refaits. Les phares ont également été redessinés et les bas de caisse, retravaillés. Et, surtout, à l'arrière, on remarque un nouveau hayon avec une plus grande lunette, des feux plus grands et un pare-chocs redessiné - l'emplacement de la plaque est plus bas. De plus, le constructeur allemand a même créé une version limousine avec empattement allongé de 14 cm, l'Executive.

Ce qui a surtout retenu l'attention lors de la présentation médiatique de cette voiture, c'est l'éventuelle disponibilité de la Panamera S en version hybride enfichable. Comme les autres voitures du genre, cette Porsche a donc un moteur à essence combiné à un moteur électrique. Contrairement aux voitures hybrides conventionnelles, qui ne peuvent recharger la batterie que par énergie cinétique, l'utilisateur de cette Panamera peut en recharger la batterie par une prise de courant standard de 110 volts ou un système de 400 volts.

Le moteur thermique V6 de 3,0 litres de 328 chevaux (né Audi) combiné à un moteur électrique sans balais de 94 chevaux peut aussi recharger lui-même la batterie, jusqu'à une certaine limite. Cet ensemble produit alors une puissance combinée de 410 chevaux, qui passe par une boîte automatique à sept rapports aux roues arrière.



La Panamera ainsi équipée peut rouler strictement avec le moteur électrique (qui fait aussi appel au fonctionnement de la boîte automatique) de 18 à 36 kilomètres, selon la situation géographique.



En mode électrique seulement, l'auto peut atteindre une vitesse maximale de 135 km/h. Avec les deux moteurs combinés, cette Panamera peut passer de 0 à 100 km/h en quelque 5,5 secondes et rouler jusqu'à 270 km/h, selon son constructeur. Celui-ci annonce également une consommation moyenne possible de 3,1 L/100 km.



Par ailleurs, la Panamera de base utilise un moteur V6 de 3,6 litres de 310 chevaux, alors qu'elle est offerte avec la traction intégrale (Panamera 4). Il existe une version turbodiesel de cette voiture, mais elle ne sera pas offerte chez nous.











Par contre, en version S, la Panamera profitera d'un V6 biturbo de 3,0 litres qui fait 420 chevaux. Elle sera aussi livrable avec la traction intégrale Panamera 4S et limousine 4S Executive.



La GTS est animée par un V8 de 4,8 litres de 440 chevaux et elle est même offerte en version Turbo avec un V8 biturbo de 520 chevaux. Et croyez-le ou non, la Panamera Turbo est aussi proposée en version Executive!



Sur la route



Une courte balade en Bavière nous a permis de vérifier les performances de la nouvelle Panamera, dont la S E-Hybrid. Dans le cas de celle-ci, si l'on passe en mode Sport, les deux moteurs entrent en action. On y perd en économie de carburant, mais on profite alors des performances de l'auto. Ainsi, le propriétaire d'une Porsche Panamera S E-Hybrid pourra aller au travail en n'utilisant que le moteur électrique et jouir des performances mécaniques de l'auto durant ses journées de congé.



Porsche admet qu'à peine 5 % de ses actuelles Panamera Hybrid ont trouvé preneur. Avec la version E-Hybrid enfichable, le constructeur allemand espère bien que ce chiffre doublera!



Les prix de la Panamera débuteront à 89 500 $ au Canada, et ils s'échelonneront jusqu'à la Turbo de 161 500 $ et la limousine Turbo Executive de 184 100 $, lorsqu'elle nous arrivera, l'automne prochain!

A l'occasion de son cinquantième anniversaire Lamborghini a souhaité marquer les esprits en présentant un concept-car inédit au salon de Genève : Veneno.<br /><br /> <br /><br />On peut dire que Lamborghini aura su marquer les esprits pour son cinquantenaire ! La Veneno est réellement... bouleversante ! Physique de guerrière aux innombrables chevaux de course sous le capot, Stephan Winkelmann, PDG de la firme ne nous aura pas menti lorsqu'il annonçait quelque-chose de vraiment extraordinaire !<br /><br /> <br /><br />On retrouve sur la Veneno la coque en fibre de carbone emprunté à la mythique Aventador, matière particulièrement présente sur l'ensemble du véhicule, lui permettant ainsi de se contenir à 1450 kg. En termes de motorisation, on retrouve, à l'arrière le V12 de 6,5l pour 750 chevaux propulsant le tout à une vitesse maximale de 355 km/h avec un 0 à 100 de... 2,6 secondes seulement. Autant dire que cette Veneno est une véritable voiture de course et que la F12Berlinetta n'a qu'à bien se tenir !<br /><br /> <br /><br />La Lamborghini Veneno ne sera produite qu'à 3 exemplaires. Tous auraient déjà été vendus pour la « modique » de 3,6 millions d'euros !<br /><br /> <br /><br /><br /><br />

22/09/2013

Présentation de la Lamborghini Veneno

vote vote vote

A l'occasion de son cinquantième anniversaire Lamborghini a souhaité marquer les esprits en présentant un concept-car inédit au salon de Genève : Veneno.



On peut dire que Lamborghini aura su marquer les esprits pour son cinquantenaire ! La Veneno est réellement... bouleversante ! Physique de guerrière aux innombrables chevaux de course sous le capot, Stephan Winkelmann, PDG de la firme ne nous aura pas menti lorsqu'il annonçait quelque-chose de vraiment extraordinaire !



On retrouve sur la Veneno la coque en fibre de carbone emprunté à la mythique Aventador, matière particulièrement présente sur l'ensemble du véhicule, lui permettant ainsi de se contenir à 1450 kg. En termes de motorisation, on retrouve, à l'arrière le V12 de 6,5l pour 750 chevaux propulsant le tout à une vitesse maximale de 355 km/h avec un 0 à 100 de... 2,6 secondes seulement. Autant dire que cette Veneno est une véritable voiture de course et que la F12Berlinetta n'a qu'à bien se tenir !



La Lamborghini Veneno ne sera produite qu'à 3 exemplaires. Tous auraient déjà été vendus pour la « modique » de 3,6 millions d'euros !





Le Peugeot Onyx est un concept car de voiture de sport du constructeur automobile français Peugeot, présenté au mondial de l'automobile de Paris 2012.<br /><br />Le Peugeot Onyx possède une carrosserie composée de cuivre et de fibre de carbone. Ses lignes très tendues lui donnent un aspect dynamique que l'on retrouvera sur les modèles Peugeot de 2015.<br /><br />Le concept-car partage son nom et son style avec un vélo et un scooter 3 roues<br /><br />L' Onyx est équipé du moteur V8 hybride-diesel de la 908 du Mans qui développe 600 chevaux plus 80 avec le bloc électrique. Son poids n'étant que de 1100 kg.<br /><br />Le concept-car Onyx a été nommé « best concept » par le magazine britannique Autoweek (en). À la fin du salon les auditeur de RTL et d'un hebdomadaire on élu l'Onyx avec 48 % des voix comme leur voiture préférée3. Lors de l'inauguration du Festival automobile international, le Peugeot Onyx a également reçu le prix de Plus beau concept car de l'année4. Il a été élu aux dépens des concept suivants : Bertone Nuccio, Citroën DS9, Renault Alpine.<br /><br />On peux le voir évoluer dans cette vidéo au Fetival of Speed de Goodwood .

22/09/2013

Peugeot Onyx à Goodwood

vote vote vote

Le Peugeot Onyx est un concept car de voiture de sport du constructeur automobile français Peugeot, présenté au mondial de l'automobile de Paris 2012.

Le Peugeot Onyx possède une carrosserie composée de cuivre et de fibre de carbone. Ses lignes très tendues lui donnent un aspect dynamique que l'on retrouvera sur les modèles Peugeot de 2015.

Le concept-car partage son nom et son style avec un vélo et un scooter 3 roues

L' Onyx est équipé du moteur V8 hybride-diesel de la 908 du Mans qui développe 600 chevaux plus 80 avec le bloc électrique. Son poids n'étant que de 1100 kg.

Le concept-car Onyx a été nommé « best concept » par le magazine britannique Autoweek (en). À la fin du salon les auditeur de RTL et d'un hebdomadaire on élu l'Onyx avec 48 % des voix comme leur voiture préférée3. Lors de l'inauguration du Festival automobile international, le Peugeot Onyx a également reçu le prix de Plus beau concept car de l'année4. Il a été élu aux dépens des concept suivants : Bertone Nuccio, Citroën DS9, Renault Alpine.

On peux le voir évoluer dans cette vidéo au Fetival of Speed de Goodwood .

Invité : Grégory Baugé (double médaille d'argent aux JO en cyclisme sur piste)<br /><br />L'essai de Margot et de son invité : Corvette Chevrolet<br /><br />L'essai de Nicolas Heidet : Audi Q5<br /><br />Sujet conso : Laurent Cochet et Serge Lanuque nous donnent des cours de pilotage

22/09/2013

V6 (18/10/2012)

vote vote vote

Invité : Grégory Baugé (double médaille d'argent aux JO en cyclisme sur piste)

L'essai de Margot et de son invité : Corvette Chevrolet

L'essai de Nicolas Heidet : Audi Q5

Sujet conso : Laurent Cochet et Serge Lanuque nous donnent des cours de pilotage

Inscrivez-vous!

4 vidéos au hasard

4248360
3978335
3755675

Suite...

Derniers inscrits

sierra42calmoncenathhchochdevoonseaholtzprest

Derniers commentaires

taz34400tuner10greg9114vanilla75

Dernières vidéos

taz34400taz34400taz34400taz34400