• Vidéo AC
  • Vidéo Alfa Romeo
  • Vidéo Alpine
  • Vidéo Ariel
  • Vidéo Ascari
  • Vidéo Aston Martin
  • Vidéo Audi
  • Vidéo Bentley
  • Vidéo BMW
  • Vidéo Bugatti
  • Vidéo Caterham
  • Vidéo Chevrolet
  • Vidéo Chrysler
  • Vidéo Citroen
  • Vidéo Corvette
  • Vidéo Dodge
  • Vidéo Ferrari
  • Vidéo Fiat
  • Vidéo Ford
  • Vidéo Ford Mustang
  • Vidéo Gumpert
  • Vidéo Honda
  • Vidéo Hummer
  • Vidéo Jaguar
  • Vidéo Jeep
  • Vidéo Koenigsegg
  • Vidéo Lamborghini
  • Vidéo Lancia
  • Vidéo Landrover
  • Vidéo Lexus
  • Vidéo Lotus
  • Vidéo Maserati
  • Vidéo Maybach
  • Vidéo Mazda
  • Vidéo McLaren
  • Vidéo Mercedes
  • Vidéo MG
  • Vidéo Mini
  • Vidéo Mitsubishi
  • Vidéo Nissan
  • Vidéo Opel
  • Vidéo Pagani
  • Vidéo Peugeot
  • Vidéo Porsche
  • Vidéo Renault
  • Vidéo Rolls Royce
  • Vidéo RUF
  • Vidéo Saab
  • Vidéo Saleen
  • Vidéo Seat
  • Vidéo Shelby
  • Vidéo Skoda
  • Vidéo Smart
  • Vidéo Subaru
  • Vidéo Suzuki
  • Vidéo Toyota
  • Vidéo TVR
  • Vidéo Venturi
  • Vidéo Volkswagen
  • Vidéo Volvo
  • Vidéo Wiesmann
Vidéos motos

CATEGORIE LAMBORGHINI

hit - vote - date

Dans la veine Gumball 3000 et autres menues distractions du genre on trouve en Russie le rassemblement Moscow Unlim 500+ où la crème des supercars, supersportives et autos méchamment préparées se retrouvent pour des runs de vitesses. A chaque édition de cette grand messe de la démesure mécanique, on aime à se tirer la bourre. La preuve en vidéo avec un exemplaire sévèrement préparé de Lamborghini Gallardo…<br /><br /> <br /><br />Oui « timidement » préparée cette Lamborghini Gallardo puisque gavé par le kit TT alias Twin Turbo et donc la coquette puissance de 1 500 ch. Alors si la bête se révèle finalement un peu poussive au démarrage, aux alentours de 160 km/h le coup de pied aux fesses est littéralement envoyé avec un compteur qui grimpe aussi vite que les rythmes du palpitant gagnent en vitesse. Oui, l’aiguille monte vite. Très vite… Et là sur la piste, ça pousse fort. Très très fort.

15/03/2012

Moscow Unlim 500+: 380km/h en Gallardo UGR TT de 1500hp!!!

vote vote vote vote vote

Dans la veine Gumball 3000 et autres menues distractions du genre on trouve en Russie le rassemblement Moscow Unlim 500+ où la crème des supercars, supersportives et autos méchamment préparées se retrouvent pour des runs de vitesses. A chaque édition de cette grand messe de la démesure mécanique, on aime à se tirer la bourre. La preuve en vidéo avec un exemplaire sévèrement préparé de Lamborghini Gallardo…



Oui « timidement » préparée cette Lamborghini Gallardo puisque gavé par le kit TT alias Twin Turbo et donc la coquette puissance de 1 500 ch. Alors si la bête se révèle finalement un peu poussive au démarrage, aux alentours de 160 km/h le coup de pied aux fesses est littéralement envoyé avec un compteur qui grimpe aussi vite que les rythmes du palpitant gagnent en vitesse. Oui, l’aiguille monte vite. Très vite… Et là sur la piste, ça pousse fort. Très très fort.

Et revoici notre cher Américain Robert Himler toujours prêt et disposé à nous livrer une sympathique vidéo quand il souhaite faire parler de sa Lamborghini Gallardo préparée par Undergroud Racing, son fameux missile sol-sol revendiquant la bagatelle de 1 250 équidés. <br /><br /><br /><br />Imaginez-vous au volant d’une Lamborghini Gallardo. Déjà c’est davantage de l’ordre du fantasme que de la possibilité terre à terre. Alors s’installer dans un siège baquet dans la supercar de Sant’Agata Bolognese revue, corrigée et suralimentée par Underground Racing, on imagine la scène.<br /><br /> <br /><br />Justement pour nous la faire partager, Robert Himler a greffé sur son auto une petite caméra extérieure mais surtout nous permet de prendre virtuellement les commandes de son monstre. Sympathique, distrayant, alléchant et pour le moins chantant !<br /><br />

13/03/2012

Embarquez au volant de la Lamborghini Gallardo UGR TT 1250hp de Robert Himler!!!

vote vote vote

Et revoici notre cher Américain Robert Himler toujours prêt et disposé à nous livrer une sympathique vidéo quand il souhaite faire parler de sa Lamborghini Gallardo préparée par Undergroud Racing, son fameux missile sol-sol revendiquant la bagatelle de 1 250 équidés.



Imaginez-vous au volant d’une Lamborghini Gallardo. Déjà c’est davantage de l’ordre du fantasme que de la possibilité terre à terre. Alors s’installer dans un siège baquet dans la supercar de Sant’Agata Bolognese revue, corrigée et suralimentée par Underground Racing, on imagine la scène.



Justement pour nous la faire partager, Robert Himler a greffé sur son auto une petite caméra extérieure mais surtout nous permet de prendre virtuellement les commandes de son monstre. Sympathique, distrayant, alléchant et pour le moins chantant !

Voici un choc entre deux monstres frappés du sceau de Sant’Agata Bolognese… D’un côté la dernière radicale, superlative et sculpturale Aventador forte de 700 ch. De l’autre la fameuse Gallardo UGR Twin Turbo de 1250hp appartenant à Robert Himler…<br /><br /> <br /><br />Les deux nous livrent donc un appréciable run de nuit…<br /><br />

24/02/2012

Lamborghini Avntador vs Gallardo UGR TT 1250hp!!!

vote vote vote vote

Voici un choc entre deux monstres frappés du sceau de Sant’Agata Bolognese… D’un côté la dernière radicale, superlative et sculpturale Aventador forte de 700 ch. De l’autre la fameuse Gallardo UGR Twin Turbo de 1250hp appartenant à Robert Himler…



Les deux nous livrent donc un appréciable run de nuit…

Si ses lignes sont agressives, il n'existe pas un réel fossé la séparant de sa devancière, la Murcielago sur le plan esthétique. Mais au niveau de ses dessous, les changements sont bien plus notables, à commencer par la coque entièrement en carbone se caractérisant par un poids réduit (147 kilos) et une rigidité phénoménale. Un avantage certains permettant de maintenant le poids total à une valeur respectable.<br /><br /><br /><br />Au niveau mécanique le V12 6,5l annonce l'impressionnante valeur de 700 chevaux. Une mécanique associée à une boite séquentielle e-gear 7 rapports mais également à une transmission intégrale. Ce cocktail détonant permet à cette italienne racée de pointer à 350 km/h et d'abattre le 0 à 100 km/h en 2,9 secondes.<br /><br /><br /><br />

24/02/2012

Lamborghini Aventador vs. Nissan GT-R stock 2010!!!

vote vote vote vote

Si ses lignes sont agressives, il n'existe pas un réel fossé la séparant de sa devancière, la Murcielago sur le plan esthétique. Mais au niveau de ses dessous, les changements sont bien plus notables, à commencer par la coque entièrement en carbone se caractérisant par un poids réduit (147 kilos) et une rigidité phénoménale. Un avantage certains permettant de maintenant le poids total à une valeur respectable.



Au niveau mécanique le V12 6,5l annonce l'impressionnante valeur de 700 chevaux. Une mécanique associée à une boite séquentielle e-gear 7 rapports mais également à une transmission intégrale. Ce cocktail détonant permet à cette italienne racée de pointer à 350 km/h et d'abattre le 0 à 100 km/h en 2,9 secondes.



On sait déjà que les Australiens ne sont pas du genre à faire dans la subtilité, que ce soit leurs constructeurs ou leurs préparateurs. Mais leurs pilotes ont aussi un petit côté Crocodile Dundee pas déplaisant.<br /><br /><br /><br />Prenez pas exemple Jason et John White, des habitués des courses de côte locales, qui étrennaient leur toute nouvelle Lamborghini Gallardo Super Trofeo Stradale lors de la dernière Targa High Mountain. Alors qu'ils s'élancent dans la dernière spéciale, ils accusent quatre secondes de retard sur les premiers, Matthew et Dennis Sims, en Nissan GT-R.<br /><br /><br /><br />Mais à mi-chemin, la belle Lambo prend feu. N'importe qui alors se serait rangé sur le bas côté pour abandonner la supercar de Sant'Agata en flammes, mais pas les Whites. Après une brève concertation, ils ont non seulement décidé de continuer, mais de hausser le rythme n'ayant plus rien à perdre. <br /><br /><br /><br />Avoir le feu aux fesses a finalement porté ses fruits, puisqu'ils sont non seulement parvenus à franchir la ligne d'arrivée sains et saufs, mais en plus avec pas moins de 10 secondes d'avance sur la GT-R...

18/02/2012

Targa High Country 2011: Une Lamborghini Gallardo Super Trofeo Stradale en feu pour finir 1er!!!

vote vote vote

On sait déjà que les Australiens ne sont pas du genre à faire dans la subtilité, que ce soit leurs constructeurs ou leurs préparateurs. Mais leurs pilotes ont aussi un petit côté Crocodile Dundee pas déplaisant.



Prenez pas exemple Jason et John White, des habitués des courses de côte locales, qui étrennaient leur toute nouvelle Lamborghini Gallardo Super Trofeo Stradale lors de la dernière Targa High Mountain. Alors qu'ils s'élancent dans la dernière spéciale, ils accusent quatre secondes de retard sur les premiers, Matthew et Dennis Sims, en Nissan GT-R.



Mais à mi-chemin, la belle Lambo prend feu. N'importe qui alors se serait rangé sur le bas côté pour abandonner la supercar de Sant'Agata en flammes, mais pas les Whites. Après une brève concertation, ils ont non seulement décidé de continuer, mais de hausser le rythme n'ayant plus rien à perdre.



Avoir le feu aux fesses a finalement porté ses fruits, puisqu'ils sont non seulement parvenus à franchir la ligne d'arrivée sains et saufs, mais en plus avec pas moins de 10 secondes d'avance sur la GT-R...

Au cours de sa longue carrière commerciale (de 1974 à 1990), la Countach n’a cessé d’évoluer. Un -très- rapide historique s’impose donc. Révélée en 1971, sous la forme d’un concept car à la pureté quasi indécente, elle n’est commercialisée que trois ans plus tard, avec un V12 4.0 de 385 ch et affublée de prises d’air (LP 400). Elle abandonne le peu de pureté qu’il lui reste en 1978, en adoptant les nouveaux pneus Pirelli P7 à profil ultrabas et à la largeur extrême : 345 mm à l’arrière. Spoiler et extensions d’ailes démesurées font leur apparition, et la suspension est revue. Devenu LP 400S, le "taureau" perd en performances (le V12 n’évolue pas). Mais quelle gueule ! En 1982, le V12 gagne du coffre : 4.754 cm3 pour une puissance de 375 ch. De quoi redonner du baume au cœur des propriétaires de LP 400S qui avaient connu la mésaventure de se faire dépasser par une Ferrari Boxer. Deux ans plus tard, la Countach doit faire face à la nouvelle Ferrari Testarossa, forte de 390 ch. La réponse arrive un an plus tard avec la Quattrovalvole. Le V12, cubant dorénavant 5.167 cm3, adopte des culasses à quatre soupapes par cylindre et développe 455 ch.<br /><br />En 1988, Lamborghini fête ses 25 ans, dont plus de la moitié sous le règne de la Countach. Normal que cette dernière soit mise à contribution pour célébrer l'évènement. En fait, le "projet 132", autrement dit la future Diablo qui devait la remplacer à cette occasion, a pris du retard. Il faut donc faire avec l'existant. Profondément restylée à l'extérieur comme à l'intérieur, mais sans réelle modification mécanique, la Quattrovalvole devient donc 25e Anniversario. Celle avec laquelle nous avons rendez-vous, moi et "mon" Aventador, est l’une des représentantes de cette ultime déclinaison. Certes, elle n’est pas la plus jolie avec ses "trous-trous" un peu partout et son pare-chocs arrière, mais au moins a-t-elle le mérite d’être parmi les plus abouties. Et surtout, demeure LA question : la chimère de mes quinze ans est-elle à la hauteur ? La Countach avoue son âge. Ajustements approximatifs, intérieur à la finition incertaine... Comparé à la qualité de fabrication de la jeunette, quasi irréprochable (merci Audi), l’ancêtre fleure l’artisanat (dans ce cas, c’est bel et bien péjoratif).<br /><br /><br /><br />En 1988, Lamborghini fête ses 25 ans, dont plus de la moitié sous le règne de la Countach. Normal que cette dernière soit mise à contribution pour célébrer l'évènement. En fait, le "projet 132", autrement dit la future Diablo qui devait la remplacer à cette occasion, a pris du retard. Il faut donc faire avec l'existant. Profondément restylée à l'extérieur comme à l'intérieur, mais sans réelle modification mécanique, la Quattrovalvole devient donc 25e Anniversario. Celle avec laquelle nous avons rendez-vous, moi et "mon" Aventador, est l’une des représentantes de cette ultime déclinaison. Certes, elle n’est pas la plus jolie avec ses "trous-trous" un peu partout et son pare-chocs arrière, mais au moins a-t-elle le mérite d’être parmi les plus abouties. Et surtout, demeure LA question : la chimère de mes quinze ans est-elle à la hauteur ? La Countach avoue son âge. Ajustements approximatifs, intérieur à la finition incertaine... Comparé à la qualité de fabrication de la jeunette, quasi irréprochable (merci Audi), l’ancêtre fleure l’artisanat (dans ce cas, c’est bel et bien péjoratif).<br /><br /><br /><br />En revanche, niveau sensations, c’est le carton plein. Là où la petite dernière se conduit comme un vélo, son aînée est rétive même à faible vitesse. Visibilité minimale, direction de camion, embrayage dur comme du teck et levier de vitesse résistant comme du maçaranduba, les premiers tours de roues sont éprouvants. Mais Michel, le propriétaire, me rassure : "C’est une question d’habitude". Ok, j’en prends note. Reste qu’au fil des kilomètres, si le rythme s’accélère et si la capacité d’adhérence des immenses Pirelli étonne à chaque virage abordé à allure de plus en plus élevée, l’erreur n’est pas permise. Car les minuscules jantes de 15 pouces abritent de petits disques de freins. Le freinage est donc catastrophique, d’autant que la voiture est lourde (1.700 kg) et, qui plus est, dépourvue d’ABS. D’ailleurs, aucune aide électronique ne vient à votre secours en cas d’excès d’optimisme.<br /><br /><br /><br />Vous voilà prévenu, la Countach est une machine pour les hommes, les vrais comme qui dirait, et atteindre 250 km/h, là où l’Aventador croise 50 km/h plus vite, relève de la gageure. Mais quelle ambiance, dans laquelle se mêlent fureur et vacarme. À côté, la dernière fille de Sant’Agata semble trop policée pour être honnête et, malgré son efficacité et ses performances époustouflantes, manquerait presque de sel. Mais après quelques heures passées à me battre au volant de mon fantasme, j’avoue être bien content de rentrer vers Paris et ses embouteillages avec un “taureau” docile et bien dressé. Une chimère n’est pas forcément faite pour vivre avec.

16/02/2012

Lamborghini Countach contre Aventador

vote vote vote vote vote

Au cours de sa longue carrière commerciale (de 1974 à 1990), la Countach n’a cessé d’évoluer. Un -très- rapide historique s’impose donc. Révélée en 1971, sous la forme d’un concept car à la pureté quasi indécente, elle n’est commercialisée que trois ans plus tard, avec un V12 4.0 de 385 ch et affublée de prises d’air (LP 400). Elle abandonne le peu de pureté qu’il lui reste en 1978, en adoptant les nouveaux pneus Pirelli P7 à profil ultrabas et à la largeur extrême : 345 mm à l’arrière. Spoiler et extensions d’ailes démesurées font leur apparition, et la suspension est revue. Devenu LP 400S, le "taureau" perd en performances (le V12 n’évolue pas). Mais quelle gueule ! En 1982, le V12 gagne du coffre : 4.754 cm3 pour une puissance de 375 ch. De quoi redonner du baume au cœur des propriétaires de LP 400S qui avaient connu la mésaventure de se faire dépasser par une Ferrari Boxer. Deux ans plus tard, la Countach doit faire face à la nouvelle Ferrari Testarossa, forte de 390 ch. La réponse arrive un an plus tard avec la Quattrovalvole. Le V12, cubant dorénavant 5.167 cm3, adopte des culasses à quatre soupapes par cylindre et développe 455 ch.

En 1988, Lamborghini fête ses 25 ans, dont plus de la moitié sous le règne de la Countach. Normal que cette dernière soit mise à contribution pour célébrer l'évènement. En fait, le "projet 132", autrement dit la future Diablo qui devait la remplacer à cette occasion, a pris du retard. Il faut donc faire avec l'existant. Profondément restylée à l'extérieur comme à l'intérieur, mais sans réelle modification mécanique, la Quattrovalvole devient donc 25e Anniversario. Celle avec laquelle nous avons rendez-vous, moi et "mon" Aventador, est l’une des représentantes de cette ultime déclinaison. Certes, elle n’est pas la plus jolie avec ses "trous-trous" un peu partout et son pare-chocs arrière, mais au moins a-t-elle le mérite d’être parmi les plus abouties. Et surtout, demeure LA question : la chimère de mes quinze ans est-elle à la hauteur ? La Countach avoue son âge. Ajustements approximatifs, intérieur à la finition incertaine... Comparé à la qualité de fabrication de la jeunette, quasi irréprochable (merci Audi), l’ancêtre fleure l’artisanat (dans ce cas, c’est bel et bien péjoratif).



En 1988, Lamborghini fête ses 25 ans, dont plus de la moitié sous le règne de la Countach. Normal que cette dernière soit mise à contribution pour célébrer l'évènement. En fait, le "projet 132", autrement dit la future Diablo qui devait la remplacer à cette occasion, a pris du retard. Il faut donc faire avec l'existant. Profondément restylée à l'extérieur comme à l'intérieur, mais sans réelle modification mécanique, la Quattrovalvole devient donc 25e Anniversario. Celle avec laquelle nous avons rendez-vous, moi et "mon" Aventador, est l’une des représentantes de cette ultime déclinaison. Certes, elle n’est pas la plus jolie avec ses "trous-trous" un peu partout et son pare-chocs arrière, mais au moins a-t-elle le mérite d’être parmi les plus abouties. Et surtout, demeure LA question : la chimère de mes quinze ans est-elle à la hauteur ? La Countach avoue son âge. Ajustements approximatifs, intérieur à la finition incertaine... Comparé à la qualité de fabrication de la jeunette, quasi irréprochable (merci Audi), l’ancêtre fleure l’artisanat (dans ce cas, c’est bel et bien péjoratif).



En revanche, niveau sensations, c’est le carton plein. Là où la petite dernière se conduit comme un vélo, son aînée est rétive même à faible vitesse. Visibilité minimale, direction de camion, embrayage dur comme du teck et levier de vitesse résistant comme du maçaranduba, les premiers tours de roues sont éprouvants. Mais Michel, le propriétaire, me rassure : "C’est une question d’habitude". Ok, j’en prends note. Reste qu’au fil des kilomètres, si le rythme s’accélère et si la capacité d’adhérence des immenses Pirelli étonne à chaque virage abordé à allure de plus en plus élevée, l’erreur n’est pas permise. Car les minuscules jantes de 15 pouces abritent de petits disques de freins. Le freinage est donc catastrophique, d’autant que la voiture est lourde (1.700 kg) et, qui plus est, dépourvue d’ABS. D’ailleurs, aucune aide électronique ne vient à votre secours en cas d’excès d’optimisme.



Vous voilà prévenu, la Countach est une machine pour les hommes, les vrais comme qui dirait, et atteindre 250 km/h, là où l’Aventador croise 50 km/h plus vite, relève de la gageure. Mais quelle ambiance, dans laquelle se mêlent fureur et vacarme. À côté, la dernière fille de Sant’Agata semble trop policée pour être honnête et, malgré son efficacité et ses performances époustouflantes, manquerait presque de sel. Mais après quelques heures passées à me battre au volant de mon fantasme, j’avoue être bien content de rentrer vers Paris et ses embouteillages avec un “taureau” docile et bien dressé. Une chimère n’est pas forcément faite pour vivre avec.

Duel entre une Lamborghini Aventador face à une Gallardo Superlegerra Heffner gavée par deux turbos, revendiquant 1000hp.<br /><br /><br /><br />Si ses lignes sont agressives, il n'existe pas un réel fossé la séparant de sa devancière, la Murcielago sur le plan esthétique. Mais au niveau de ses dessous, les changements sont bien plus notables, à commencer par la coque entièrement en carbone se caractérisant par un poids réduit (147 kilos) et une rigidité phénoménale. Un avantage certains permettant de maintenant le poids total à une valeur respectable.<br /><br /><br /><br />Au niveau mécanique le V12 6,5l annonce l'impressionnante valeur de 700 chevaux. Une mécanique associée à une boite séquentielle e-gear 7 rapports mais également à une transmission intégrale. Ce cocktail détonant permet à cette italienne racée de pointer à 350 km/h et d'abattre le 0 à 100 km/h en 2,9 secondes.

16/02/2012

Lamborghini Aventador vs. Gallardo Superlegerra Heffner Twin-Turbo 1000hp!!!

vote vote vote vote

Duel entre une Lamborghini Aventador face à une Gallardo Superlegerra Heffner gavée par deux turbos, revendiquant 1000hp.



Si ses lignes sont agressives, il n'existe pas un réel fossé la séparant de sa devancière, la Murcielago sur le plan esthétique. Mais au niveau de ses dessous, les changements sont bien plus notables, à commencer par la coque entièrement en carbone se caractérisant par un poids réduit (147 kilos) et une rigidité phénoménale. Un avantage certains permettant de maintenant le poids total à une valeur respectable.



Au niveau mécanique le V12 6,5l annonce l'impressionnante valeur de 700 chevaux. Une mécanique associée à une boite séquentielle e-gear 7 rapports mais également à une transmission intégrale. Ce cocktail détonant permet à cette italienne racée de pointer à 350 km/h et d'abattre le 0 à 100 km/h en 2,9 secondes.

Cela fesait longtemps que je n'avais pas fait de post donc pour mon retour je vous poste la vidéo d'une course entre la Nissan Juke R et une Gallardo LP560/4 ,une 458 Italia et une SLS AMG

12/02/2012

Nissan Juke R vs supercar à DubaÏ

vote vote vote vote

Cela fesait longtemps que je n'avais pas fait de post donc pour mon retour je vous poste la vidéo d'une course entre la Nissan Juke R et une Gallardo LP560/4 ,une 458 Italia et une SLS AMG

Inscrivez-vous!

Actuellement déjà plus de 468 video Lamborghini ! Video-auto.com rassemble ici les meilleures videos de Lamborghini du web. Envie de participer au developpement de votre site de videos de voitures préféré ? Cela est possible en nous envoyant vos liens ou vidéos de Lamborghini en cliquant sur ce lien.

4 vidéos au hasard

4248360
3978335
3755675

Suite...

Derniers inscrits

calmoncenathhchochdevoonseaholtzprestkciaokpatri

Derniers commentaires

taz34400tuner10greg9114vanilla75

Dernières vidéos

taz34400taz34400taz34400taz34400